CAN 2017 – Vincent Bolloré : «Bravo au Cameroun pour cette victoire, maintenant tout le monde se remet au travail»

24 Publié le 07/02/2017 par La Rédaction
By Copyleft - Own work, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=26486783

L’intraitable homme d’affaires a salué hier, à sa manière, les « Lions indomptables » camerounais, victorieux 2-1 contre l’Egypte. Et, soucieux de la trop grande euphorie règnant selon lui dans le pays, il en a profité pour signifier à ses employés qu’il s’agirait maintenant de s’y remettre.

 

De la fierté, et de la joie bien sûr. Pour Vincent Bolloré, africain par amour et colon par intérêt, la victoire du Cameroun – où son groupe réalise une partie significative de ses bénéfices – est tout sauf anodine. Certes, le tycoon breton ignorait encore début janvier l’existence même de la CAN : « avec tous les noirs qu’on voit ces temps-ci dans les équipes européennes, ça paraissait dur à croire qu’il en reste assez ici pour assurer une compétition », se justifie-t-il dans un clin d’œil. Mais Bolloré ne serait pas Bolloré s’il n’avait pas réussi à tirer son épingle du jeu malgré son arrivée tardive aux réjouissances. « Avec Total, Bouygues et Lafarge, on s’est pas mal gavé sur l’organisation », concède son bras-droit pour l’Afrique de l’Ouest.

« Une délocalisation est si vite arrivée »

Mais le grand patron commence maintenant à s’impatienter. Alors que les 20 jours de compétition ont eu un impact « conséquent » sur la productivité des quelque 10 000 employés qu’emploie le groupe dans le pays, l’explosion de joie qui a suivi la victoire des Lions ce dimanche n’a rien arrangé. « Certes, c’est un beau moment de communion et de ferveur nationale, mais une ferveur qui me coûte bonbon, à moi », s’est énervé un Vincent Bolloré qui, désormais homme de médias, rechigne à endosser de nouveau son habit de contremaître. « Le fait est que cette huile de palme ne va pas s’extraire toute seule ».

Pédagogue avant tout, le « Manager de l’année 1987 » a préféré user de la psychologie plutôt que du bâton pour remettre ses employés au travail, leur rappelant simplement que leurs voisins gabonais au sud sont « beaucoup moins chers pour un bien meilleur rendement », et qu’« une délocalisation est si vite arrivée ».

Mots clés : , , ,
Publicité
Publicité