Plusieurs millions d’électeurs suspectés de vouloir influencer le résultat de l’élection en allant voter

35 Publié le 21/04/2017 par La Rédaction
© Sadeugra

À quelques jours du premier tour, les autorités font face à un véritable défi démocratique. Le ministère de l’intérieur suspecte en effet plusieurs millions d’électeurs de vouloir influencer le résultat de l’élection en allant voter. L’analyse du Gorafi.

 

Pour Michel Granger, professeur de sciences politiques à l’IEP de Paris, ce phénomène n’a rien de nouveau. « À chaque élection c’est pareil. On leur concocte des supers candidats, on leur explique bien pour qui il faut voter et ils n’en font qu’à leur tête. C’est complètement irresponsable ! »

Pour endiguer le risque que représente la participation de ces Français, l’État s’est efforcé d’abaisser le niveau de la campagne électorale afin de les dégoûter du jeu politique. « Les affaires Fillon et Le Pen ont bien fonctionné au début mais ça s’est un peu épuisé. Et, comme l’accent de Lassalle n’a pas eu l’effet attendu, on a lâché Cheminade et Asselineau dans l’arène… Et là, bingo », se félicite ainsi un responsable du ministère de l’intérieur.

Pas d’inquiétude à avoir pour ce scrutin donc, car le taux de participation devrait être assez bas. Pour ne prendre aucun risque, le gouvernement a toutefois décidé de passer à la vitesse supérieure en activant le plan « vote utile », un dispositif d’urgence qui a fait ses preuves par le passé en détournant les Français de leur vrai vote de conviction au bénéfice d’un vote de résignation.

Publicité
Publicité