5 anciens officiers SS qui auraient pu faire chavirer votre grand mère pendant l’occupation

75 Publié le 20/04/2018 par La Rédaction
Crédits :JOHNGOMEZPIX

Personne ne portait le monocle et les bottes en cuir comme Von Ziemmel en 1942

Colonel Hantz de la Waffen SS : avec sa petite moustache à la Clark Gable et ses yeux en amende, nul doute que votre grand-mère aurait pu tomber dans les bras puissants de Rudolph. Originaire de Vienne, ce danseur de valse hors pair aurait fait virevolter votre grand mère dans les plus belles soirées mondaines sous l’occupation. De quoi lui faire oublier rapidement son passé de « Boucher de Cracovie ».

Lieutenant colonel Von Ziemmel de la Luftwaffe : Personne ne portait le monocle et les bottes en cuir comme Von Ziemmel en 1942. Avec ses petites fossettes et ses cheveux gominés, Tobias aurait fait littéralement fondre votre mamie en lui montrant les étoiles depuis le cockpit de son Messerschmitt. Si elle l’avait rencontré, nul doute que vous auriez aujourd’hui les cheveux blonds et les yeux bleus. Dommage !

Lieutenant Muller de la 3ème panzer division de la Waffen SS : Herman, à la guerre, comme avec les femmes, était un fonceur. Sa confiance en lui et son corps d’athlète lui avait valu déjà le sobriquet du “Casanova de Düsseldorf” en Allemagne. Il portait un marcel qui moulait son corps enduit de cambouis à force de traîner dans les chars. Devant son grand sourire et son corps d’athlète, votre grand-mère lui aurait probablement donné le souper si il s’était arrêter à sa ferme entre deux exactions, avant probablement de lui ouvrir la porte de sa chambre.

Sergent Chef Eisenmann de la 36ème division d’infanterie motorisée : Artiste peintre avant la guerre, cet homme pouvait vous réciter du Goethe dans un français impeccable. Ses grands yeux bleus rêveurs et ses longs doigts de pianiste sensible faisaient de lui un amant attentionné que les femmes aimaient à protéger. Votre grand-mère en aurait fait son amant numéro 1 jusqu’à son assassinat par la résistance communiste.

Capitaine Hoffmann de la 7ème division anti aérienne : Ah ce bon vieux Gunther, toujours prêt à rendre service, le cœur sur la main. Il n’hésitait pas à sympathiser avec les populations locales ou à partager une bouteille de schnaps à l’occasion. Il aurait réparé le trou dans le toit de la maison de votre grand mère pendant qu’elle lui aurait apporté des parts de clafoutis aux framboises. Lorsqu’il aurait alors posé sa grosse main sur la sienne sans faire exprès en saisissant une part, elle n’aurait pas pu résister à ses avances de bavarois maladroit.

Publicité
Publicité