Des grands patrons se font peur autour du feu en se racontant des histoires d’Elise Lucet

24 Publié le 16/05/2018 par La Rédaction
Par MARADIN MAURICE — Cette image a été extraite d'un autre fichier  : Anticor2015.jpgTravail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=48830945/iStock

C’est devenu une tradition. Chaque année, à l’approche de l’été dans leur chalet de Davos, les grands de ce monde se réunissent autour du feu pour se raconter les histoires les plus effrayantes d’Elise Lucet, confortablement installés dans leur sac de couchage en faisant griller des marshmallows.

“Généralement c’est Bernard (Arnault NDLR) qui commence en racontant le Cash Investigation sur les paradis fiscaux. ” raconte Xavier Niel emmitouflé dans une couverture, les mains autour d’une tasse de chocolat chaud. “C’est vraiment glaçant, il imite parfaitement le ton et les mimiques de La Bolchévique. Parfois il rajoute même des ombres chinoises pour faire ses lunettes et sa coupe garçonne” ajoute-t-il en réprimant un frisson.

“Venez les gars, on arrête, c’est plus drôle là”

S’ils ne sont pas encore couchés, les plus téméraires des patrons s’adonnent ensuite à des séances de spiritisme durant lesquelles ils tentent d’invoquer célèbre présentatrice en répétant son nom et en brûlant des exemplaires de Médiapart. “Une fois, on a senti quelque chose bruisser dans le buisson voisin. Mais Martin Bouygues a eu trop peur a brisé le cercle en disant “arrêtez les gars, c’est plus drôle ça me fait pas rire là ! ”. Quelle poule mouillée !” raconte Carlos Ghosn

Ce n’est pas la seule manière dont les grands patrons du CAC 40 testent leurs limites. L’année dernière, en quête de sensations fortes, Vincent Bolloré et Alexandre Bompard avaient déjà été surpris sous leur tente en train de lire un exemplaire des Droits de l’Homme avant d’être rappelé à l’ordre par Pierre Gattaz qui leur avait demandé d’éteindre la lumière et d’aller se coucher.

Publicité
Publicité