L’homme qui faisait du Tai-Chi seul dans un parc était en fait en descente de MDMA

65 Publié le 19/11/2015 par La Rédaction

Après enquête, le commissariat de police du VIème arrondissement de Paris a révélé que l’homme qui faisait seul du tai-chi au jardin du Luxembourg était en fait en descente d’ecstasy.

 

Avec ses gestes d’art martial exécutés au ralenti tous les jours pendant de nombreuses heures au jardin du Luxembourg, Thomas, 24 ans, intriguait autant qu’il effrayait : « Il était tout le temps là, tous les jours, aux même heures. Il ne faisait de mal à personne, même si personne ne semblait comprendre la signification de ses gestes étranges » nous raconte une habitante du quartier, « Perso, il me foutait les jetons avec ses yeux fermés, son jogging blanc et sa nonchalance. J’ai souvent eu envie de lui casser la figure mais on m’a toujours dit de me méfier des arts martiaux », déplore Henri, un sans-abri faisant la manche à l’entrée du parc.

La police a finalement été intriguée par ce drôle de comportement, comme nous l’explique le commissaire du VIe : « Nous avons vite compris que celui que tout le monde prenait pour un grand maître du Taï chi était en fait un drogué. Il avait les yeux très rouges, il transpirait à grosses gouttes et était incapable de faire autre chose que des mouvements dans le vide. On a reconnu les effets dévastateurs d’une descente de MDMA ». Ce n’est pas la première fois qu’un « junkie » passe pour un athlète dans ce jardin : « Je me souviens de ce monsieur qui faisait des exercices de musculation sur un banc que tout le monde prenait pour un sportif urbain alors qu’il était en fait en pleine montée de cocaïne ».

Cet événement aurait pu s’arrêter là, mais la Fédération Française de Taï-Chi, inquiète de la mauvaise image que l’homme a pu donner à la profession, a décidé de s’en mêler par un communiqué dans lequel elle promet « une lutte sans merci contre les consommateurs de drogues de synthèse qui parodient leur art martial ancestral pour masquer des comportements addictifs dangereux ». La FFTC conclut son communiqué par une annonce belliqueuse : « Nous allons travailler deux fois plus nos mouvements au ralenti contre aucun adversaire pour être sûr de réserver le sort le plus douloureux à tous les drogués ».

Publicité
Publicité