Cryogénisé depuis 2003, Anthony Kavanagh s’est réveillé hier

37 Publié le 23/11/2015 par La Rédaction

Le Centre National de Conservation des Comiques (CN2C) a annoncé que l’humoriste d’origine québécoise était sorti de sa cryostase hier en fin de matinée.

 

« L’opération s’est bien déroulée », a assuré Hervé Philippon, directeur du centre. « M. Kavanagh n’a pas tenté de faire une blague et semble sevré de ses velléités humoristiques. Nous allons maintenant le réinsérer doucement dans la vie civile ». Anthony Kavanagh, interdit de spectacle depuis sa présentation des NRJ Music Awards en 2001, avait passé outre cette mise en demeure et récidivé au Casino de Paris. Son placement en cryo-sommeil avait alors été décidé par le gouvernement Raffarin.

Organisme méconnu, le CN2C a été créé au début des années 1990 sur demande expresse de Michel Rocard, qui cherche à limiter le nombre d’aspirants comiques à un niveau socialement tolérable. Alors qu’Arthur vient de commencer comme animateur chez Fun Radio et Christophe Dechavanne chez TF1, l’absence d’une telle structure se fait durement ressentir.

Deux méthodes : le renoncement ou la disparition

A cette époque, le CN2C agit selon des méthodes bien plus radicales qu’aujourd’hui. « Pour faire simple, il y avait deux méthodes », explique M. Philippon. « Dans un premier temps, nous tentions de faire renoncer la personne à ses aspirations comiques – ce que nous avons fait par exemple avec Dieudonné qui a officiellement cessé d’être drôle courant 2003. Ceux qui s’y refusaient, nous les faisions tout simplement disparaître de la circulation. Regardez, pouvez-vous me dire ce qu’est devenu Michel Boujenah aujourd’hui ? Moi je sais ».

Sous le feu des critiques après les tentatives de disparition de Cauet et Vincent Lagaff’, le Centre doit néanmoins assouplir ses méthodes et opte en 2002 pour la cryogénisation, une mise au ban de la société plus éthique et plus discrète.

Le CN2C abriterait aujourd’hui près d’une quarantaine de comiques dans ses caissons, un chiffre élevé qui s’explique notamment par l’arrivée de la génération Youtube. « C’est bien entendu une source de préoccupation majeure pour nous », confirme un employé. « A cet égard nous surveillons les carrières de Cyprien et Hugo Tout Seul de très près ».

Photo: Thinkstosck, Captyure d’écran YouTube Nrj Music Awards 2003

Publicité
Publicité