Cyril Hanouna auditionné par le CSA suite à des propos intellectuels

77 Publié le 29/09/2016 par La Rédaction

En plein direct, l’animateur de « Touche pas à mon poste » a tenu des propos radicalement intellectuels, sur un ton calme et mesuré. Le CSA a été sollicité pour rappeler à l’ordre une émission de moins en moins contrôlable. Reportage.

L’émission avait pourtant bien commencé ce mercredi, avec au programme des échanges un sketch durant lequel Cyril devait mettre du houmous dans le slip d’un chroniqueur. Mais au bout de dix minutes d’antenne, l’animateur Cyril Hanouna lève la main pour demander la parole – un geste suffisamment inhabituel pour faire tomber le silence.

« J’aimerais prendre quelques instants pour évoquer la dangereuse montée des intégrismes religieux en Europe », déclare-t-il solennellement, à la stupéfaction générale. « En effet, portée par les théories de Marx, Nietzsche puis Freud, l’idée d’un monde sans Dieu a fleuri dès les années 1950 ». Un silence indigné tombe immédiatement sur le plateau.

Enora Malagré et Julien Courbet, visiblement mal à l’aise, regardent ailleurs. Hanouna persiste et signe : « Ce que je veux dire, c’est qu’André Malraux avait raison lorsqu’il prédisait que le problème capital de la fin de siècle serait le problème religieux ». C’en est trop pour Matthieu Delormeau qui quitte alors le plateau -toujours en slip-houmous- en furie, déclarant « que les théories de Malraux ont été battues en brèche par des travaux récents du CNRS et des statistiques sociales ».

Plaintes de téléspectateurs

Automatiquement saisis de l’affaire suite à des plaintes de téléspectateurs, les enquêteurs du CSA vont auditionner l’animateur dans la journée. Une source proche du dossier précise que la qualité de son argumentaire face à ce dérapage hors-norme reste faible. «Ressortir cette phrase de Malraux dans un autre contexte montre une méconnaissance socialisante autour du libre arbitre et de la laïcité ainsi que des constructions sociales surjacentes non innées » se borne-t-on à commenter au CSA.

Publicité
Publicité