Dès janvier, le tube country « Cotton-eye Joe » sera bien le nouvel hymne américain

51 Publié le 15/12/2016 par La Rédaction

Tandis que la composition de son futur gouvernement se précise peu à peu, les petits et grands chantiers du président-élu Trump se dévoilent également. Et à l’annonce de la prochaine réforme à venir – la refonte de l’hymne national – le désarroi des commentateurs semble ne plus connaître de limites.

 

Mais le projet qui lui tient le plus à coeur est sans conteste la refonte de l’hymne national, le vibrant « Star-spangled banner », adopté en 1931. L’estimant galvaudé et dévoyé par les pratiques « crypto-socialistes » de ses prédécesseurs, Donald Trump a donc arrêté son choix: ce sera « Cotton-eye Joe », véritable ode redneck à la gloire des Etats du vieux sud, et morceau officiel des « square-dances », ces réminiscences des soirées-saloon pendant lesquelles les couples se font face tout de santiags et chemises à carreaux vêtus.

« Ce choix n’est pas anodin », estime Brett Powell, politologue à UCLA. « l’hymne national est une composante fondamentale de la société américaine, joué au début de chaque événement sportif, chaque rentrée scolaire… En choisissant ‘cotton-eye Joe’, Trump consacre l’avènement du routier texan à grosse ceinture. C’est un message fort ».

« Haha c’est ça oui, et pourquoi pas Elvis pendant que vous y êtes »

Un choix qui, s’il a pu déconcerter aux Etats-Unis, a laissé la communauté internationale plus stupéfaite encore. Au lendemain de l’envoi par le département d’Etat de la partition du nouvel hymne aux chancelleries du monde entier, l’ambassade d’Allemagne manquait ainsi de créer un incident diplomatique: croyant à une plaisanterie, le consul aurait simplement répondu « haha c’est ça oui, et pourquoi pas Elvis pendant que vous y êtes ».

Mots clés : ,
Publicité
Publicité