« Je crois que je commence à comprendre. En fait, vous ne m’aimez pas c’est ça ?» par Manuel Valls

93 Publié le 18/01/2017 par La Rédaction
Photos : Michel Briand/CNNum

M. Manuel Valls, ancien Premier ministre et candidat à la primaire de la Belle alliance populaire, a tenu à s’interroger sur les causes de son agression.

 

Je réagis suite à cette agression scandaleuse dont j’ai été victime hier à Lamballe.

Ce drame m’oblige à une introspection intense sur moi-même et sur la façon dont les Françaises et les Français me perçoivent et me voient, comment vous-mêmes me jugez, me regardez et me considérez.

Outre ce tragique incident, alors que NOTRE PAYS EST EN GUERRE, je repense à un ou deux slogans aperçus dans les manifestations anti Loi-Travail, et cet échange avec un auditeur de France Inter ce matin.

Je sens poindre quelque chose mais je ne saurais quoi dire exactement, mais j’ai l’impression, très petite, que certains d’entre vous ne m’aiment pas vraiment, voire pas du tout, alors que notre pays est en guerre.

J’en suis très choqué et déçu car pour moi, c’est une totale surprise. Mes conseillers m’avaient assuré que j’étais très populaire. On m’a montré des sondages. Je réalise dès lors que, depuis le début, on s’est moqué de moi. On m’a caché la vérité, alors que notre pays est en guerre.

J’ai pourtant cru bien faire. J’ai empêché le burkini d’envahir nos plages républicaines et défendu de tout mon corps la laïcité.

Je pense que, intrinsèquement, le problème vient surtout de vous. Faites le point, n’oubliez pas que NOTRE PAYS EST EN GUERRE et réfléchissez-y longuement et vous verrez au fond de vous que, finalement, vous m’aimez quand même un peu.

Manuel Valls,
Ancien Premier ministre,
Candidat à la primaire de la Belle Alliance Populaire

Publicité
Publicité