Un groupe d’amis fait le pari de se dépuceler cet été pour la 9ème année consécutive

84 Publié le 09/06/2017 par La Rédaction
© JHershPhotography

Cette fois, c’est la bonne ? Il semblerait bien, si l’on en croit le pacte scellé par Corentin, Ludo’, Étienne et Sami. Réunis comme tous les ans pour une soirée de fin d’année dans la maison de bord de mer de ce dernier, les quatre étudiants se sont faits la promesse de perdre une fois pour toute leur virginité avant la fin de l’été. Et ce, pour la 9ème année consécutive. Reportage.

 

Musique punk, sable fin et Desperados. C’est sur cette petite plage à quelques kilomètres d’Hossegor que Sami a convoqué ses amis pour un ultime rendez-vous avec l’histoire. Sur fond de Blink 182, shot de Jägerbomb en main, celui que ses amis surnomment « Predator » donne ses instructions pour ce qui s’annonce être un été mouvementé. « À la rentrée, nous ne serons plus les mêmes. J’en fais le serment : nous serons tous dépucelés pour nos 27 ans ! »

Un été placé sous le signe de la séduction

Cette année, les quatre compères, qui aiment à se faire surnommer entre eux « le wolfpack », entendent bien reprendre ce qui leur revient de droit malgré leur huit dernières années de déveine. « En 2011, ça s’est joué à rien », raconte Etienne. « Corentin était à ça de conclure avec sa copine mannequin mais il s’est rendu compte au dernier moment qu’il n’avait pas de capote ! Et qu’en plus il n’avait jamais eu de copine mannequin, c’est trop con ! »

« L’été où Sami a dansé avec une fille »

En 2015 également, les quatre amis avaient bien cru toucher au but lorsque Sami, à la surprise générale, avait dansé avec une fille dans une boite de nuit de la région. « Ce n’était pas si étonnant que ça arrive à Sami vu qu’il avait déjà embrassé quatre filles au lycée. Mais de là à danser avec une, pour de vrai, à seulement cinq mètres d’elle whouah ! On a pas du tout compris pourquoi elle l’a giflé quand il lui a mis une main aux fesses ».

Nullement découragés par ces nombreux échecs, les amis ont décidé de mettre toutes les chances de leur côté pour l’édition 2017. « Cette année on a sorti l’artillerie lourde », explique Ludo. « On a acheté plein d’alcool, des t-shirts de loup qui hurlent à la lune et de nouvelles capotes pour remplacer les vieilles. Si ça marche pas je sais pas ce qu’il faut ! », plaisante-t-il avant d’essuyer un nouveau refus d’une fille pour une partie de beach volley.

Mots clés : , ,
Publicité
Publicité