La commission interministérielle accepte enfin de reconnaître à Christine Boutin le statut de catastrophe naturelle

56 Publié le 16/08/2017 par La Rédaction

C’est un véritable soulagement pour les nombreuses familles des victimes : la commission interministérielle a annoncé ce matin sa décision d’accorder à Christine Boutin le statut de catastrophe naturelle.

 

« Personne ne me rendra ma vie d’avant mais c’était important de pouvoir tourner la page pour continuer à avancer » explique Michel, l’un des 435 000 sinistrés. « Reconnaître notre statut de victime, c’est enfin reconnaître l’étendue de notre souffrance » confie de son côté Suzanne. Pour beaucoup de sinistrés, la vie va donc pouvoir recommencer. Différemment, bien sûr, car il faudra veiller à éviter tout contact avec les déclarations de l’ex ministre mais c’est déjà un début. En ce qui concerne les indemnités, les personnes concernées ont dix jours après la parution de l’arrêté de catastrophe naturelle pour faire une déclaration à leur assurance.

Arrêter le massacre

Pour endiguer définitivement la propagation de la catastrophe naturelle « Christine Boutin » et éviter qu’elle ne cause davantage de dégâts, le gouvernement hésite pour l’instant entre plusieurs possibilités radicales : parachuter l’ex députée des Yvelines en pleine forêt amazonienne, l’envoyer sur une exoplanète, ou l’obliger à ouvrir une chèvrerie en Lozère.

Quelle que soit la décision définitive du gouvernement, cette nouvelle aura au moins eu le mérite de redonner de l’espoir à toutes les victimes des concerts des Frero Delavega.

Publicité
Publicité