Chasse – L’excuse « J’ai cru que c’était un sanglier » fera désormais jurisprudence en cas d’homicide

0 Publié le 19/08/2019 par La Rédaction
© Scharfsinn86

Alors que les demandes de permis de chasse ont explosé, le gouvernement veut aussi permettre que cette activité se déroule sans conséquences graves pour ses pratiquants. Ainsi, en cas d’homicides de promeneurs ou de joggeurs, l’excuse « J’ai cru que c’était un sanglier » pourra être retenue par la justice. Reportage.

« Il est important que les chasseurs se sentent en sécurité dans la forêt » a souligné le ministre de l’agriculture qui veut s’assurer qu’en cas d’accident grave, le chasseur puisse bénéficier de toute l’aide juridique possible. « Dès que vous serez appréhendés, dites que vous avez cru voir un sanglier, cela sera ainsi l’Habeas Corpus du chasseur ». Dès lors, le chasseur ne pourra pas être en état d’être ni poursuivi, ni inquiété, ni condamné. Un projet de loi sera déposé en ce sens dès la rentrée pour un vote qui interviendra pour l’ouverture de la chasse.

Mais du côté des chasseurs, on reste circonspect. Certains s’inquiètent du mot « sanglier » dans des régions par exemple où ce gibier n’est pas endémique  « Il faudrait des spécifications régionales, comme des perdrix ici, des galinettes cendrées là bas, ou encore la tourterelle » explique un responsable local. Certains plaident ainsi pour une simplification maximale avec la phrase « J’ai cru voir un truc ».

D’autres se réjouissent des dispositions du bien-être animal dans ce texte. En effet, si le promeneur est gravement blessé par un tir accidentel, le chasseur pourra dès lors abréger ses souffrances et ce de manière humaine et digne.

Publicité
Publicité