Craignant d’être déboulonnées à leur tour, plusieurs statues se jettent dans la Seine

0 Publié le 28/07/2020 par La Rédaction
Image par Pierre Blaché de Pixabay

A la suite des actions de déboulonnage de certains monuments parisiens, plusieurs statues ont préféré prendre les devants et se sont jetées dans la Seine ce matin sous les yeux ébahis de passants et de touristes.

Il est 9h23 sur le pont du Garigliano quand se produit une scène surprenante : plusieurs statues enjambent le parapet et se jettent d’une hauteur de dix-huit mètres avant de disparaître dans la Seine. La surprise laisse alors place aux cris et aux scènes de panique. Une cellule psychologique est immédiatement mise en place. « J’ai déjà vu des statues entre la vie et la mort puisque j’ai eu la chance de prendre en photo celle de Michel Drucker au musée Grévin l’année dernière. Mais voir des statues se donner la mort volontairement, ça fait vraiment un choc » explique Driss, qui a assisté à la scène. Suzanne, de son côté, s’inquiète aussi pour l’avenir « Quand je vois d’un côté des statues de personnages illustres passer de vie à trépas et de l’autre des personnalités comme Kev Adams ou Maître Gims avoir la leur, je m’interroge sur l’avenir de l’humanité ».

Un geste fort mais compréhensible

Ces statues ont-elles commis l’irréparable pour éviter d’être vandalisées ou déboulonnées? Pour Simon Clavin, expert en comportement de statue, la réponse est évidente : « Gambetta, Colston, Schœlcher, Leopold II, Churchill, Colomb : la liste est longue de statues dégradées ou renversées. Or ce sont des êtres particulièrement sensibles, qui craignent plus que tout l’humiliation publique mais qui sont également très solidaires. Pour moi, qui les ai étudiées de près, leur geste n’a rien de surprenant ». A ceci s’ajoute, selon lui, l’angoisse d’être remplacé par quelqu’un de pire ou d’insignifiant : « La statue de Jean-Baptiste Colbert m’a avoué il y a quelques mois que sa plus grande angoisse était d’être un jour remplacée par François Hollande ou Christophe Maé ».

Pour éviter de nouveaux drames en province, le gouvernement envisage de protéger les statues à l’aide d’un discret sarcophage entouré de chaînes et de douze cadenas.

Le Gorafi est gratuit et il doit le rester.
Vous lisez et partagez le Gorafi ?
Vous voulez continuer? Vous en voulez même plus?
Alors pour continuer et nous développer, avec un nouveau site sécurisé, (SANS PUBS pour ceux qui le souhaiteront) de nouvelles vidéos, des podcasts quotidiens
nous avons besoin de vous ! Vous voulez plus de vidéos Gorafi, du podcast, plus de contenus?
Alors n’hésitez pas à nous soutenir !





Ou Via OkPal avec notre partenaire Ulule

Mots clés : , ,
Publicité
Publicité