Connect with us

Fin du monde

Transition énergétique : les forces de l’ordre utiliseront leurs matraques plutôt que leur Tasers

Face à la hausse des prix de l’électricité, le gouvernement souhaite donner l’exemple, et c’est aujourd’hui au tour du Ministère de l’Intérieur de faire un geste pour l’économie d’énergie. Ainsi, policiers et gendarmes sont invités à ne plus utiliser leurs tasers mais revenir à la matraque, plus solide et plus économique.

Publié le

 mar 

« C’est un retour en arrière » déplore l’Adjudant-Chef Jean-Pierre Meyer, 53 ans, dont 31 dans la gendarmerie nationale. « Le taser, c’est une arme très efficace contre les récalcitrants, et pas très fatigante. Et puis vous avez déjà entendu le bruit que ça fait ? Ratatatatatatatatata ! C’est tip-top, comme disent les d’jeuns… Je peux vous assurer que quand vous attrapez un migrant et que vous lui collez ça sur le cul, ça lui donne plus envie de revenir… Ça sent la viande grillée dans toute la caserne après, j’adore ! ».

La matraque, même si elle a perdu un peu de son aura, reste pourtant l’arme de cœur de nombreux gendarmes. Pour Nicolas Fromentin, 41 ans, c’est même ce qui lui a donné envie de s’engager : « Si ça peut aider à économiser l’électricité je suis pour. Et puis, je suis fils de gendarme. Et quand mon père revenait chez nous, et qu’il nous racontait tous les gauchistes qu’il avait tabassés, moi ça me faisait rêver. C’étaient des moments magiques. A sa mort, il m’a légué sa matraque fétiche, et je l’ai même accrochée au-dessus de mon lit ».

Une décision qui divise donc, mais nécessaire au vu de la situation énergétique. Et si les matraques ne sont pas suffisantes, rappelons que les forces de l’ordre peuvent aujourd’hui faire usage de leur arme à feu sur à peu près n’importe quel contrevenant sans jamais craindre de conséquences. 

Le Gorafi est partenaire de la charte pour un journalisme écologique

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Les plus consultés