Brésil: Recrudescence des émeutes après l’arrivée à Rio de Christian Jeanpierre

87 Publié le 11/06/2014 par La Rédaction

On n’avait pas connu autant d’hostilité à l’égard d’un Français au Brésil depuis le dernier tournage de Bernard de la Villardière. Plusieurs grandes villes du pays ont vu leurs mouvements de contestation prendre de l’ampleur ces dernières heures. En cause, bien sûr, les inégalités sociales et la pauvreté qui règnent au Brésil alors que le lancement de la coupe du Monde approche. Mais c’est surtout l’arrivée sur le territoire brésilien du commentateur sportif de TF1 qui fait enrager le peuple de Sao Paulo, Rio de Janeiro ou encore Brasilia.

On n’avait pas connu autant d’hostilité à l’égard d’un Français au Brésil depuis le dernier tournage de Bernard de la Villardière. Plusieurs grandes villes du pays ont vu leurs mouvements de contestation prendre de l’ampleur ces dernières heures. En cause, bien sûr, les inégalités sociales et la pauvreté qui règnent au Brésil alors que le lancement de la coupe du Monde approche. Mais c’est surtout l’arrivée sur le territoire brésilien du commentateur sportif de TF1 qui fait enrager le peuple de Sao Paulo, Rio de Janeiro ou encore Brasilia. « L’état dépense déjà des milliards pour une compétition débile au lieu de financer l’Education ou la Santé. Mais si en plus c’est pour entendre des commentaires inutiles quasi quotidiennement, là c’est trop. » confie Marcos, jeune étudiant de Rio. « Nos poches sont vides et en plus il faudrait qu’on saigne des oreilles ! » lance Maria, mère de famille de Ribeirão Preto, la ville où l’équipe de France a établi son camp de base. Car au Brésil, l’arrivée de Christian Jeanpierre dans le cadre de cette coupe du monde de football sonne avant tout comme une double peine : « Personne ici n’a mérité ça. J’ai bien peur qu’on se le trimballe jusqu’au bout. Si l’état refuse de l’extrader, la seule chose qu’on pourra faire, c’est au moins de tenir les enfants loin de ses commentaires » raconte Marcos.

La Rédaction

Photo: Capture d’écran YouTube/ buzz TV Mag-Orange/Le Figaro

Publicité
Publicité