Le colocataire au chômage fortement suspecté dans la disparition des cookies au chocolat

56 Publié le 17/11/2015 par La Rédaction

Le commissariat de Rouen ouvert une enquête sur la disparition de plusieurs cookies « chocolat et noix de pécan» de la marque Chunk : entre 8 et 13, « un véritable carnage » selon les premiers mots des autorités. Le vol aurait eu lieu entre 9h30 et 18h15, dans l’appartement partagé par Pedro Lopez, Sarah Fournier et Michaël Martin. Ce dernier, non employé à ce jour, est fortement soupçonné d’avoir joué un rôle déterminant dans l’opération. Retour sur les faits.

 

13 novembre, 19h04. Pedro rentre du travail épuisé après une journée harassante. Il enlève sa cravate, allume la télévision, et s’empare du paquet de cookies qu’il avait entamé la veille. Mais à ce moment là, stupeur : le paquet est vide. « Il ne restait que des miettes… Le paquet était encore chaud, et il n’a même pas jeté l’emballage. C’est un sociopathe » témoigne le trentenaire, encore sous le choc.

Les Doritos hors de danger

Immédiatement, les soupçons de Pedro se tournent vers Michaël Martin, le colocataire du fond du couloir, au chômage depuis 2013 : « Cela fait 8 jours qu’il n’est pas sorti de l’appart et je l’ai vu finir sa dernière ration de pâtes hier. S’il est encore en vie, c’est qu’il a forcément trouvé des glucides pour se sustenter. » suspecte Pedro, soulagé de voir son stock de Doritos saveur Chili intact.

De leur côté, les enquêteurs appellent à la prudence : « Il ne faut pas tirer de conclusions hâtives » explique le lieutenant Harmant « Son absence de revenus et les traces de chocolat autour de ses lèvres et sur ses habits font de lui le coupable idéal.» avoue l’officier. « Mais son historique internet confirme qu’il a passé la journée à regarder Narcos en streaming ainsi que des films d’auteur sur YouPorn ».

L’affaire des bâtonnets Findus

Si les éléments actuels ne permettent pas d’inculper le chômeur, l’affaire réanime le souvenir difficile de la disparition des bâtonnets de poisson surgelés Findus en mai dernier. Une affaire non résolue à ce jour qui avait laissé un vif traumatisme chez les colocataires, puisqu’elle avait débouché sur une séparation drastique des compartiments à nourriture dans le congélateur.

Publicité
Publicité