Ses amis ne le reconnaissent plus depuis que son SMIC a été augmenté de 6 euros

41 Publié le 06/01/2016 par La Rédaction

Jean-Luc Hernaud, salarié depuis 29 ans chez Peugeot-Citroen, a complètement « pété les plombs » suite à l’augmentation spéctaculaire de son salaire au 1er Janvier 2016.

 

La remise en marche de son chauffage électrique, un nouveau paillasson, et surtout deux vrais repas par jour, voilà le nouveau quotidien de cet ouvrier alsacien au grand dam de son entourage. « Ce n’est plus le Jean-Luc que j’ai connu. » confie Marc, son ami d’enfance qui l’a croisé lundi dernier, jetant des pièces jaunes par la vitre de sa Skoda break avec une cigarette et non une simple roulée à la bouche.

Sa maman affirme même que Jean-Luc n’appelle ses amis que pour leur annoncer qu’il s’est acheté un abonnement à son journal préféré ou bien juste pour dire que son chien digère mal ses nouvelles croquettes en lieu et place des traditionnels restes.

« 6 Euros d’un coup c’est beaucoup trop »

Selon Pascal Chatelet, sociologue à la Sorbonne, le gouvernement ne pense pas à l’impact social que peut provoquer une telle augmentation du salaire minimum : « 6 euros d’un seul coup, c’est beaucoup trop, il faut y aller doucement, 3 ou 4 centimes, ç’ aurait été beaucoup plus raisonnable. »

Reste à savoir si Jean-Luc redescendra un jour sur terre et s’il ne se laissera pas emporter par les excès de cette nouvelle situation. « Notre plus grande crainte est que quelqu’un profite de lui, de son argent et de son côté flambeur, j’ai peur qu’il n’y arrive pas » ajoutent ses camarades de travail.

 

Mots clés : , , ,
Publicité
Publicité