Greenpeace annonce l’extinction du thon à l’huile dans le Pacifique Nord

65 Publié le 05/07/2017 par La Rédaction
© serdjophoto

Les derniers rapports sur la surpêche dans le Pacifique Nord étaient déjà alarmistes, mais, ce matin lors d’une conférence de presse, Greenpeace a révélé ce que les scientifiques redoutaient depuis plusieurs années : l’espèce du thon à l’huile en conserve a officiellement disparu.

 

Si cette rarissime espèce de thonidé était en déclin depuis plusieurs années, l’organisation écologique a confirmé que ce sont les méthodes de pêches intensives des chalutiers qui l’ont condamnée. Ces bateaux, équipés de larges hameçons sur lesquels sont fixés deux tranches de pan bagnat enduites de mayonnaise, capturent en quelques heures des milliers de ces poissons huileux à la carapace métallisée.

Mais ce que l’ONG craint, c’est surtout un déséquilibre majeur de l’écosystème auquel il appartenait. En effet, le thon à l’huile, pivot de la chaîne alimentaire, était le met de prédilection de nombreuses espèces, comme par exemple celui de l’étudiant en sociologie, pour qui il représentait l’une des rares nourritures que sa situation financière permet d’acquérir.
En l’absence du sandwich au thon, les experts prédisent chez l’étudiant une surconsommation de son second aliment préféré : le vin rosé en cubi, qui entraînerait elle-même une augmentation massive de ce que les scientifiques appellent “la gueule de bois”.

Enfin Greenpeace rappelle que, si le thon à l’huile a disparu à tout jamais, l’espèce du lapin à la moutarde et celle du canard à l’orange sont elles aussi menacées d’extinction pour des causes liées à l’activité humaine. Une situation que les géants de l’alimentaire ont affirmé prendre très au sérieux, regrettant d’ailleurs amèrement l’extinction du thon à l’huile. En effet, celle-ci leur fera perdre, selon les estimations, entre 30 et 50 millions d’euros de chiffre d’affaires par an : une tragédie économique qu’ils souhaitent éviter à tout prix à l’avenir.

Publicité
Publicité