Tony Chapron met un carton rouge à un passant qui l’avait « mal regardé »

23 Publié le 15/01/2018 par La Rédaction
Crédits :decisiveimages

Au lendemain du match entre Nantes et le PSG qui l’a vu expulser un joueur pour une glissade ayant entraîné sa chute, l’arbitre de football Tony Chapron a récidivé ce matin après avoir croisé le regard agressif d’un passant.

Nantes. Il est 10h12 ce matin lorsque Tony Chapron sort de son hôtel en short et maillot noirs, chaussettes remontées jusqu’aux genoux, chaussures à crampons vissés et sifflet à la bouche pour se « promener une petite heure avant d’aller prendre son avion », comme il le déclarera ensuite à la police. Une dizaine de minutes plus tard, l’arbitre se retrouve mêlé à une gigantesque échauffourée et déclenche un mouvement de panique dans toute la ville. « Il m’a donné une violente gifle derrière la tête et quand je me suis retourné, je l’ai vu qui brandissait au-dessus de moi un carton rouge avec un regard menaçant, les yeux injectés de sang et la bave aux lèvres » raconte le passant victime de l’agression. « Quand on a commencé à s’arrêter pour regarder ce qui se passait, Tony Chapron s’est mis à courir vers nous en sifflant comme un dément et en nous menaçant de faire un rapport à la commission de discipline » explique un témoin.

« Toute faute mérite sanction »

Ces incidents créent un immense mouvement de foule dans les rues de la ville, de nombreuses personnes se mettant à courir pour échapper à Tony Chapron et se réfugier en lieu sûr. L’arbitre, lui, ne veut rien laisser passer et poursuit inlassablement tous ceux qui ont osé contester d’une manière ou d’une autre son autorité. « Il nous pourchassait en nous mettant des chiquenaudes derrière les oreilles et en hurlant « Ah tu l’as pas fait exprès ? Alors comme ça, t’as rien fait ? », c’était horrible », raconte un autre témoin en pleurs. Interrogé sur ses agissements, Tony Chapron a plaidé la légitime défense : « le premier passant m’a mal regardé et les autres ont remis en question mes décisions, j’ai donc réagi en conséquence, toute faute mérite sanction » a-t-il calmement expliqué aux policiers avant de mordre l’oreille de celui qui lui demandait s’il n’avait pas été « trop loin » dans cette histoire.

Publicité
Publicité