Monde de merde

484 Publié le 07/01/2015 par La Rédaction

Paris – Interrogée sur une possible réaction face à l’attentat lâche et dramatique contre leur confrère Charlie-Hebdo, la rédaction du Gorafi a longuement réfléchi. Elle a souhaité poser tous les éléments nécessaires à une réflexion saine, sans céder à la peur, à la menace d’où qu’elle vienne, sans céder aux accusations. Après une mûre réflexion, la rédaction a convenu que la dénomination exacte, singulière et courte pour qualifier ce moment tragique était simplement « Monde de merde ».

Une expression qui, de l’avis de toutes et de tous, convient parfaitement pour résumer la situation, à la fois partagée entre l’envie de vomir, la rage aveugle, la tristesse, la colère, l’effondrement, les pleurs, l’horreur, l’émotion, l’incompréhension, l’abattement, le deuil, le déchirement, le découragement, l’affliction, la consternation, les larmes, l’amertume, l’épouvante, le chagrin, la barbarie, la cruauté tout en soulignant que, malgré tout ce qui s’est passé et tous ceux qui sont tombés ce jour, l’opiniâtreté, l’obstination, la ténacité, l’acharnement, la persévérance, le zèle, le courage, la volonté, la force, la constance, la continuité, l’endurance, l’enthousiasme, la ferveur, l’obstination, l’entêtement, la ténacité, l’envie,  l’insistance d’informer et de rire, de faire rire,  continuera, se poursuivra, durera, s’entêtera, persistera, perpétuera, se prolongera, s’étendra, se renforcera, augmentera, s’intensifiera, s’appuiera, encore, toujours, invariablement, constamment, continuellement, sans cesse, assidûment et éternellement, a commenté la rédaction avant de retourner pleurer.

Publicité
Publicité