Connect with us

Hi-Tech

Un trafic d’identifiants Freewifi démantelé dans une université lilloise

L’Université Lille 2, déjà épinglée au début de l’année pour une sombre histoire de bizutage aux moules-frites, est éclaboussée depuis hier par un nouveau scandale : un vaste trafic d’identifiants Free aurait permis à près d’une centaine d’étudiants de se connecter à Internet sans passer par le wi-fi médiocre de l’université.

Published

on

À l’origine de l’affaire, la générosité ingénue d’un étudiant de 2ème année qui accepte en octobre de confier ses identifiants familiaux à un camarade pour lui permettre de suivre un important match de Ligue 1. Malgré la promesse de ne pas partager partout ces identifiants, ceux-ci sont rapidement disséminés de façon incontrôlable. Mi-novembre, ce ne sont pas moins de 117 étudiants toutes années confondues qui utilisent sans vergogne le code d’accès – parfois pour des usages peu reluisants : visionnage de Grey’s Anatomy en streaming, jeux de rôle en ligne, vente de mobylettes sur Le Bon Coin…

Poursuivi par Free, l’étudiant s’est réfugié à l’ambassade du Paraguay

À la décharge des étudiants, le wi-fi rudimentaire disponible à l’université ne permet guère que de consulter ses e-mails, moyennant 12 minutes de chargement et uniquement au 1er étage du bâtiment. Dépassé par les événements, « l’étudiant-zéro » panique néanmoins – et à juste titre , Free chiffre l’ampleur de la fraude et le manque à gagner est chiffré à 380 000 euros.

Réfugié à l’ambassade du Paraguay depuis décembre, il invoque l’abus de confiance et devrait bientôt donner une conférence TED sur les dangers du numérique.

La Rédaction

Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement

Les plus consultés