Grâce à ses royalties, le créateur du Point Godwin entre dans le top10 des plus grosses fortunes d’Internet

35 Publié le 11/01/2013 par La Rédaction

New-York – Celui qui avait énoncé la loi du Point Godwin sur Internet vient de faire une entrée remarquée dans le cercle très fermé des plus grosses fortunes de l’Internet. Une consécration pour l’auteur d’une loi qui aujourd’hui encore est utilisée au quotidien sur Internet. Reportage.

Chaque jour sur Internet, le même schéma, la même structure dans une discussion, un débat. Des arguments qui finissent par voler très bas. Puis, inévitablement, des allusions au nazisme ou au fascisme. Un principe élémentaire, connu de tous. Mais combien savent qui est derrière la théorie de ce principe ? Il s’agit de Mike Godwin, 56 ans, qui aujourd’hui fait son entrée dans le club très élitiste des plus grosses fortunes d’Internet, principalement grâce aux royalties découlant de l’utilisation de son « point Godwin » depuis plus de 20 ans.

« Je n’ai jamais pensé faire fortune de la sorte, j’ai tout le temps pensé à mon métier d’avocat» explique Mike Godwin. La fortune de Mike Godwin doit beaucoup à la multiplication des forums internet, des tchats et surtout récemment de Twitter et Facebook. Ceux-ci ont, par leur expansion, rendu l’utilisation du point Godwin quasiment banale. Dans le même temps, la méthode de calcul est devenue bien plus complexe.

Jusqu’ici, un cabinet d’avocats traquait les utilisations non déclarées de point Godwin sur Internet, plusieurs centaines de milliers par jour. « Il a fallu nous adapter, mieux repérer les utilisations du mot » raconte Donald Corshnell, représentant de Mike Godwin.  D’où une simplification de la procédure. Désormais, il suffira à l’internaute de remplir une déclaration en ligne, avec un forfait. « Ainsi une personne ou internaute pourra faire plusieurs points Godwin dans une même phrase si elle le juge vraiment nécessaire ». Mais nombreux sont ceux qui reprochent à Mike Godwin un point de vue purement comptable et une mainmise sur les discussions sur Internet. « Quand j’écris sur Internet, je fais très attention maintenant, une allusion à peine voilée et vous devez payer plus de 200$ , c’est devenu invivable » se lamente Eric, 24 ans.

Mike Godwin et ses avocats se défendent quant à eux de vouloir mettre la main sur un pactole. «Cela permet aux gens de mieux choisir leur argument, de relever le niveau général des conversations. L’utilisation du point Godwin a fortement baissé, les discussions sur Internet se sont apaisées » plaide pour sa part Donald Corshnell, représentant de Mike Godwin. « Des gens nous accusent de dictature de la pensée. Nous sommes ouverts au débat, nous ne sommes pas des nazis ».

Le Gorafi

Illustration :  Wikicommon

Publicité
Publicité