Attentats de Boston : Un clown d’hôpital ne parvient pas à faire sourire Djokhar Tsarnaev

19 Publié le 23/04/2013 par La Rédaction

Depuis son arrestation samedi dernier, l’un des suspects des attentats de Boston est hospitalisé après avoir été gravement blessé à la gorge par la police. Le jeune homme de 19 ans et d’origine tchétchène, formellement inculpé hier, a commencé à répondre « sporadiquement » aux agents du FBI. Mais l’autre information, c’est ce « mur psychologique » auquel s’est confronté Mike Dwight, le clown d’hôpital qui a été dépêché auprès de Tsarnaev conformément à ses droits.

Depuis son arrestation samedi dernier, l’un des suspects des attentats de Boston est hospitalisé après avoir été gravement blessé à la gorge par la police. Le jeune homme de 19 ans et d’origine tchétchène, formellement inculpé hier, a commencé à répondre « sporadiquement » aux agents du FBI. Mais l’autre information, c’est ce « mur psychologique » auquel s’est confronté Mike Dwight, le clown d’hôpital qui a été dépêché auprès de Tsarnaev conformément à ses droits.

Un terroriste impassible

« J’ai croisé des centaines de patients qui étaient renfermés sur eux-mêmes, mais là c’est vraiment très fort. » raconte Mike Dwight qui a été appelé à la demande de l’hôpital Beth Israel Deaconess où Djokhar Tsarnaev est alité sous haute surveillance. Et le clown d’hôpital confie la difficulté qu’il a à ramener la joie sur le visage du présumé terroriste : « Fuck ! Rien ! Pas l’esquisse d’un sourire, pas un œil qui brille. Je fais plein de numéros devant lui et il s’en fout complètement. A sa décharge, faut dire qu’il a perdu son frère il y a quelques jours à peine. C’est vraiment pas facile quand ça se passe comme ça avec un patient… »

Une rencontre tendue donc. Blessé à la gorge lors de son arrestation et dans l’incapacité de s’exprimer oralement, Tsarnaev aurait demandé par écrit le renvoi immédiat de Mike Dwight, signe de l’hostilité qui règne visiblement entre le clown d’hôpital et le terroriste. Une demande qui a été refusée par Dan Marx, le responsable du FBI chargé de la surveillance du jeune homme : « Selon la loi américaine, Djokhar Tsarnaev a le droit de conserver le silence et bénéficie également du droit de recours à un clown en cas d’hospitalisation. Après,le gouvernement des Etats-Unis a pour politique de ne jamais négocier avec les terroristes. C’est pourquoi sa demande de renvoi de clown lui a été refusée. »

Encore 24h pour obtenir le « Graal »

Malgré cette absence totale d’humeur positive, Mike Dwight ne se décourage pas pour autant : « C’est un peu la pire des dispositions possibles : un patient qui ne veut pas de votre  présence, des agents fédéraux qui le braquent en permanence, la perspective d’un procès à venir avec potentiellement à la clé la peine de mort. Tous les ingrédients sont réunis pour rendre le rire, voire juste un simple sourire, quasi impossibles à obtenir. Mais je n’ai pas dit mon dernier mot. Je me laisse encore 24 heures pour y arriver et après j’arrête. Je vais lui faire mon super coup de la fleur qui crache de l’eau et peut-être même la technique du coussin péteur. On va voir ce qu’il en dit ! »

La Rédaction

Illustration: iStock / ugurhan
Publicité
Publicité