La ministre de la Culture veut imposer une baisse du quota de créativité dans les séries américaines

93 Publié le 18/02/2014 par La Rédaction

Alors que Netflix devrait arriver prochainement en France, déjà auréolée du succès de sa série House of Cards, l’autre grand géant HBO domine le marché avec des séries de qualité, de Newsroom à Games of Thrones. Une position qui frôle le monopole pour les grands médias français, qui, de TF1 à M6 en passant par Canal Plus, demandent au ministère de la Culture de prendre ses responsabilités et d’exiger un quota de créativité plus bas dans les séries américaines.

Alors que Netflix devrait arriver prochainement en France, déjà auréolée du succès de sa série House of Cards, l’autre grand géant HBO domine le marché avec des séries de qualité, de Newsroom à Games of Thrones. Une position qui frôle le monopole pour les grands médias français, qui, de TF1 à M6 en passant par Canal Plus, demandent au ministère de la Culture de prendre ses responsabilités et d’exiger un quota de créativité plus bas dans les séries américaines.

Les séries américaines vont devoir revoir leur créativité à la baisse si elles veulent montrer patte blanche. Le ministère de la Culture a entendu l’appel des grands groupes médias français. « La créativité des séries américaines pose un réel problème » assure Aurélie Filippiti qui souhaite en discuter avec les représentants des chaînes américaines dès que possible. « On est face à un combat qui joue en notre défaveur » assure-t-elle. « Nos scénaristes ne peuvent pas lutter ou alors en réfléchissant énormément, ce qui peut leur prendre du temps. Et pendant ce temps, d’autres séries arrivent. C’est un cercle vicieux ».

Les séries américaines – et parfois anglaises – sont devenues très populaires en France. À tel point que les séries hexagonales n’arrivent plus à suivre. « Le public américain est très habitué à la créativité, il a développé quelque chose comme une sorte d’addiction. Il a besoin de sa dose de créativité, tous les jours » explique un scénariste de Braquo. « Le Français n’est pas encore prêt, je pense. Trop de créativité d’un coup dans un épisode d’une série pourrait provoquer des dommages irréparables » affirme-t-il.

Plusieurs pistes sont étudiées pour abaisser la créativité des séries concernées. « On pourra peut-être couper des séquences, des plans, rendre la série moins compréhensible. Tout est envisageable » affirme la ministre. Dans un communiqué commun, des scénaristes français se portent d’ailleurs volontaires pour aider les scénaristes américains à être moins créatifs dans leurs propositions. « Nous sommes passés maîtres dans l’art de restreindre notre créativité, nous avons tous vraiment hâte de partager ce savoir avec nos confrères ».

La Rédaction

Publicité
Publicité