L’aile conservatrice des démocrates découvre avec stupeur que Barack Obama est noir

30 Publié le 09/09/2012 par La Rédaction

A seulement 2 mois de l’élection présidentielle une partie du camp démocrate, la plus conservatrice, semble découvrir avec stupeur les origines de Barack Obama, l’actuel président et candidat à sa réélection.

C’est une mini-bombe qui est en train d’exploser aux Etats-Unis. En effet, à seulement 2 mois de l’élection présidentielle une partie du camp démocrate, la plus conservatrice, semble découvrir avec stupeur les origines de Barack Obama, l’actuel président et candidat à sa réélection. Les militants de la « gauche » américaine tombent des nues et disent en vouloir à leur parti à cause de son manque de communication sur la question. Analyse.

Naïveté des électeurs ou couac à la direction du parti ?

Larry a 65 ans. Il aime le stock car et Mickaël Bolton. Les cheveux gris et les yeux vifs, il fait partie des quelques adhérents de toujours du parti démocrate. Mais aujourd’hui, à seulement quelques semaines d’un suffrage capital pour son camp, plus que la ferveur c’est davantage le sentiment de trahison et de rancœur envers les cadres du parti qui prime : «C’est vrai. C’est le sentiment de trahison et de rancœur qui prime ». Et le vieux militant de renchérir : « Durant 4 ans, on n’a eu absolument aucune communication de notre parti sur le fait qu’Obama était Noir. Aucune. Est-ce que c’est acceptable ? Notre réponse est non ».

Du côté de la direction du parti, on tente de calmer le jeu. Jen Psaki, porte-parole d’Obama durant cette campagne essaie d’expliquer et de minimiser ce couac : « Il est possible que nous ayons fait une profonde erreur de communication sur la question. Mais à notre décharge il faut quand même préciser qu’une  partie de nos militants sont des personnes âgées présentant de sérieux problèmes de vue. Ce qui n’est pas pour faciliter notre travail. »

Désertion

A l’instar de Larry, chez un grand nombre de conservateurs démocrates, c’est un sentiment de trahison qui ressurgit ces derniers jours. Certains de ces adhérents songent même à passer dans le camp républicain et voter Mitt Romney début novembre : « On a perdu un peu la foi de notre côté. Ce type de comportement est inexplicable pour nous. Qu’est-ce que ce sera la prochaine fois ? On va découvrir que Bill Clinton s’est tapé une stagiaire? »

Le Gorafi

Publicité
Publicité