Un lycéen brillant termine sa copie par « en fait ça dépend »

38 Publié le 17/10/2017 par La Rédaction
Crédits :sturti

Grand lecteur de Mickey Parade et des aventures de Percy Jackson, Julien Lefèvre, élève en Terminale ES au Lycée Jules Ferry, a surpris le petit milieu de la philosophie en terminant sa copie par « en fait ça dépend ». Une prise de risque que son professeur a saluée en lui attribuant la note de 8/20.

 

À la question « Peut-on désirer sans souffrir ? », Julien n’a ainsi pas hésité à faire montre d’audace en envoyant valser les idées reçues à l’appui d’une argumentation solide et d’un plan thèse / antithèse / synthèse béton. « En partie 1, j’ai dit : « oui », en partie 2 : « non » et en partie 3, j’ai dit « en fait ça dépend » et puis aussi que y avait un juste milieu et qu’au fond il fallait pas généraliser. Ça m’a permis de faire un bon recto sur ma deuxième copie double »

Une conclusion qui vient bousculer des siècles de pensée alimentés par Diogène, Descartes, Pascal, Kant et Spinoza et provoquant des réactions passionnées dans le milieu universitaire. « Là où la plupart des penseurs ont eu besoin de plusieurs ouvrages et d’une bonne dépression nerveuse pour exposer leurs idées, il n’a fallu que trois heures et un quatre-couleurs à Julien pour parvenir à cette conclusion », explique Bernard Henri Levy avant de disserter longuement sur ce qu’il appelle « l’œuvre de Lefèvre ».

Un enthousiasme que ne semble curieusement pas partager le professeur de Julien. « Oui je lui ai mis 8 et alors ?! Si je devais prendre pour un génie chaque élève pas foutu de trouver une conclusion, ils seraient tous édités en Pléiade », nous-a-t-il sèchement répondu avant de se replonger dans un volume de Kierkegaard.

Comme beaucoup de grands, il y a fort à parier que Julien devra atteindre de longues années avant d’accéder à la reconnaissance, s’il a la chance de la rencontrer de son vivant.

Mots clés : , ,
Publicité
Publicité