Non, parler à l’arbitre depuis votre poste de télévision ne servira à rien

42 Publié le 04/04/2013 par La Rédaction

C’est un phénomène que l’on observe régulièrement les soirs de match. Certains individus, emportés par la fièvre du jeu se mettent à parler directement à l’arbitre. L’arbitre peut-il les entendre? Les comprendre ? Y répondre? Des chercheurs ont enfin répondu à la question. Constance Deplanque la décrypte.

C’est un phénomène que l’on observe régulièrement les soirs de match. Certains individus, emportés par la fièvre du jeu se mettent à parler directement à l’arbitre. L’arbitre peut-il les entendre? Les comprendre ? Y répondre ? Des chercheurs ont enfin répondu à la question. Constance Deplanque la décrypte.

C’est un peu une déception pour les fans de football. Le site internet Gizmodo a publié ce matin une étude qui met fin à nombre de spéculations. Non, quand vous parlez à un arbitre devant votre poste de télévision, il n’y a aucune chance pour qu’il vous entende. En cause, le fait qu’il s’agisse d’une retransmission télévisée, dans 78% des cas. « Il n’y a pas de retour audio, l’arbitre ne vous entend pas, même si vous criez très fort » explique François Lecuyer qui a co-signé l’étude. « On constate que les gens ont vraiment l’impression de parler à l’arbitre. Mais sur place, plus de 90% des arbitres nous ont certifié qu’ils n’entendaient rien ».

Autre facteur : l’éloignement par rapport au stade. « Vous êtes dans votre salon, le stade se trouve à plusieurs centaines de kilomètres de chez vous. Même en criant très très fort, l’arbitre, là non plus, ne vous entendra pas. Mais votre voisin, si » commente le chercheur. « Dans 5% des cas, cela peut dégénérer en tapage nocturne ». Dans ce genre de cas, tenter d’expliquer aux policiers que vous vous adressiez à quelqu’un qui n’est même pas dans la même pièce que vous sera surtout gênant.

Le chercheur balaie aussi les théories sur une télépathie collective. « Même à plusieurs dans un bar, cela ne fonctionne toujours pas malgré la concentration extrême de l’assistance, le volume puissant des voix additionnées, l’arbitre ne suit pas les instructions qu’on lui donne, et même, n’est absolument pas réceptif aux insultes ». Dernier point et non des moindres, l’arbitre n’est même pas obligé de suivre les indications. Et le chercheur de conclure : « Je pense qu’il sait ce qu’il fait et cela serait très compliqué pour lui s’il devait à chaque fois obéir à toutes les indications et informations qu’il reçoit. Et la FIFA est très claire là dessus. »

La Rédaction

photo : iStock

Publicité
Publicité