Moscou affirme que ses soldats en Crimée se sont juste perdus

107 Publié le 10/03/2014 par La Rédaction

Moscou – Peut-être un début d’explication à la présence de milliers de soldats en Crimée, Moscou vient de reconnaître par la voie diplomatique qu’elle avait perdu contact avec de nombreux contingents de soldats en début de semaine dernière. Des soldats qui se sont donc égarés en Crimée. Reportage.

Selon Moscou, c’est la conséquence de manœuvres militaires à grande échelle mal préparées qui est à l’origine de la situation de crise depuis une semaine en Crimée. « Subitement, le 28 février dernier, alors que nous organisions nos manœuvres, nos communications avec certaines de nos troupes ont été perdues » affirme Boris Kopniaev du cabinet du chef des armées russes. D’après lui, les GPS des véhicules qui équipent les troupes ont sans doute été mal calibrés, ou sont juste tombés en panne, tous, en même temps. Ce qui a amené soldats, hélicoptères, chars et navires à se rendre accidentellement en masse en Crimée « Les crédits baissent et notre équipement n’est pas renouvelé. Ces choses arrivent en Occident mais la presse n’en parle pas . » continue M. Kopniaev.

Dans un premier temps, la Russie avait affirmé qu’elle ignorait totalement qui étaient les soldats présents en Crimée. « Et nous étions de bonne foi » maintient M. Kopniaiev. L’attaché militaire explique qu’il n’y avait aucun moyen de savoir que les soldats en Crimée n’étaient ni plus ni moins que les soldats égarés que Moscou cherchait en vain à localiser. « C’est en recevant les coups de fils de plusieurs soldats qui semblaient inquiets de ne pas être au point de rendez-vous que nous avons réalisé l’erreur » ajoute-t-il. Ainsi, selon l’état-major russe, les soldats en Crimée attendent toujours une mise à jour de leur GPS et ont décidé de stationner autour des bases ukrainiennes, puis de les investir pour ne pas se reperdre à nouveau.

Et si les militaires égarés tirent en l’air contre les soldats ukrainiens ou les observateurs de l’OSCE, ce ne sont que des tirs de bienvenues et non d’avertissements. « Un simple malentendu culturel ».Dans l’immédiat, Moscou a annoncé qu’elle allait dépêcher très prochainement 2 à 5000 soldats de plus en Crimée pour aider les troupes sur place et les aider à repartir dans leurs bases, une logistique qui avait portée ses fruits en Georgie après un incident similaire.

La Rédaction

Publicité
Publicité