Jérôme Cahuzac devient le premier homme politique à avouer avoir fait quelque chose de mal

47 Publié le 03/04/2013 par La Rédaction

Paris – L’affaire Cahuzac n’en finit plus d’empoisonner la vie politique Française. Depuis hier, Jérôme Cahuzac a publiquement avoué et reconnu tous les faits qu’on lui reprochait, avant même d’être jugé et d’obtenir du sursis.

Paris – L’affaire Cahuzac n’en finit plus d’empoisonner la vie politique Française. Depuis hier, Jérôme Cahuzac a publiquement avoué et reconnu tous les faits qu’on lui reprochait, avant même d’être jugé et d’obtenir du sursis.

Tous les commentateurs et analystes politiques sont d’accord : c’est une première. Jamais un homme politique n’avait publiquement reconnu ses torts et avoué qu’il avait fait quelque chose de mal. Une annonce qui arrive au pire moment pour le gouvernement et qui laisse craindre une contagion. « Je pense que Jérôme Cahuzac ne se rend pas compte du mal qu’il vient de faire au monde politique. Imaginez que d’autres politiques qui font face à des accusations se mettent spontanément à avouer : cela sera l’anarchie » expliquait Christophe Barbier hier soir sur iTélé.

Et de préciser la confiance qui unit les Français et les politiques. « Brusquement les Français réalisent qu’un homme politique peut mentir. C’est terrible. Jamais personne n’aurait pensé cela. Vous imaginez vos parents mentir ? C’est la même chose que les Français viennent de vivre » a conclu l’éditorialiste.

Est-ce que d’autres politiques suivront l’exemple ? Pas forcément, selon Laurent Joffrin pour qui Jérôme Cahuzac est sans doute un cas isolé. « Il n’y a pas lieu de penser qu’il y a d’autres politiques malhonnêtes. Ou alors ça serait exceptionnel. Mais je pense que les journalistes d’investigation en France auraient déjà trouvé ces affaires en question. C’est bien la preuve qu’il n’y en a jamais eu d’autres ».

La Rédaction

Illustration: Flickr/Parti socialiste

Publicité
Publicité