Toujours aucune explication scientifique à la présence d’un drapeau breton dans les festivals de musique

316 Publié le 13/05/2013 par La Rédaction

Il fait partie des lieux communs des festivals. Il amuse, dérange, interpelle. Peu importe le lieu, le genre, il est toujours présent. Lui, c’est le célèbre drapeau breton que l’on aperçoit lors des festivals de musique. Mais jusqu’à présent, rien n’a pu expliquer de manière rationnelle la raison et le sens de sa présence. Un scientifique est parti en quête de réponse. Reportage.

La première fois que François l’a vu, c’était il y a deux ans, lors des Eurockéennes. « Comme beaucoup j’en avais beaucoup entendu parler. J’ai fait pas mal de festivals, il y a beaucoup d’histoires et de légendes qui circulent. Je n’y avais pas cru au début, jusqu’au moment où je l’ai vu de mes yeux ». Lui, c’est le drapeau breton, communément appelé Gwenn ha Du ou Blanc e Neir en galo. Un drapeau rassembleur d’une Nation qui apparaît régulièrement au fil des festivals et des rassemblements festifs sans qu’aucune explication n’ait pu être apportée. « On ne sait pas pourquoi il est là, mais il est là » explique Jéremy Chilin qui a étudié la question durant deux ans, sillonnant la France des festivals.

« Les premiers témoignages remontent à la fin des années 90 mais il est probable que cela soit plus ancien, nous manquons cependant de témoignages directs » raconte le chercheur qui a interrogé plusieurs dizaines de participants de fêtes et festivals. Selon l’étude, un ou plusieurs personnes pourraient être impliquées. « Il pourrait s’agir d’un code, comme une sorte de flash-mob mais il semble qu’aucune personne ne se connaisse, ce qui est encore plus intrigant ». Il n’y a pas non plus de corrélation avec le style de festival, un drapeau breton est ainsi apparu en pleine remise de la palme d’or selon plusieurs témoignages.

Avec son équipe le jeune homme a alors décidé de vérifier par lui-même en récréant l’expérience en laboratoire. « Nous avons loué un champ, invité des groupes, collé des affiches, installé un podium et nous avons attendu, à l’affût ». L’expérience va se révéler fructueuse. Au bout de longues minutes, le drapeau apparaît, brandi par un homme dissimulé dans la foule. « La vidéo n’est hélas pas de très bonne qualité et cela n’a pas duré très longtemps. Mais c’est un début très encourageant ».

Le chercheur envisage désormais d’étudier sur le terrain, en milieu naturel, au prochain HellFest. « Nous allons quadriller le site avec des caméras et du personnel. Nous devrions avoir d’excellents résultats » affirme-t-il avant d’interrompre la conférence de presse suite à l’apparition d’un drapeau breton au fond de la salle.

La Rédaction

photo : martinb/Wikicommon

Publicité
Publicité