Violences: nouveau règlement de compte à 890 km de Marseille

149 Publié le 04/09/2013 par La Rédaction

Calais – La violence de Marseille est-elle en train de déborder des frontières du département ? On est en droit de se poser la question après la découverte d’un corps carbonisé dans une voiture sur un terrain vague, près de Calais, pourtant à plus de 890 km de la cité Phocéenne.

Jusqu’ici épargnée par les règlements de comptes en série à Marseille, Calais craint désormais d’avoir été contaminée par la violence, après la découverte d’un corps calciné dans une voiture sur un terrain vague. « Les pompiers ont été appelés ce matin et sont intervenus rapidement. Nous avons retrouvé un seul corps dans la voiture » ont commenté les forces de police qui dans l’immédiat n’écartent aucune piste. Mais des voix s’élèvent et montrent du doigt la violence croissante de Marseille, voisine de 890 km – à vol d’oiseau, près de 1000 km par la route en prenant un véhicule motorisé. « Avant, on n’avait pas de souci de ce genre » affirme un riverain qui craint désormais une recrudescence de violence dans le voisinage.

Pour autant les policiers sont plus prudents. « Rien ne confirme que cela soit un règlement de compte, ni même que la personne décédée soit liée au milieu marseillais. Ou que la voiture soit immatriculée dans les Bouches du Rhône » affirme le lieutenant de police Meillard. Mais pour beaucoup, tout indique une exécution en règle. « Il suffit de lire les journaux pour s’en convaincre. Tous ces corps calcinés dans des voitures à Marseille, c’est clairement un signe, nous ne sommes plus en sécurité nulle part » affirme sous couvert de l’anonymat M. Robert Richet, qui vit au 38, en face du terrain vague.

Dans le même temps, le conducteur d’une voiture immatriculée dans l’Oise a perdu le contrôle de son véhicule et a percuté de plein fouet plusieurs bornes de stationnement en béton en centre-ville, en endommageant plusieurs. Le conducteur n’a pas été blessé et la voiture rapidement remorquée. Là aussi, les enquêteurs estiment qu’il n’y a aucune raison d’incriminer une proximité de Marseille ou d’établir un quelconque lien avec le drame du corps calciné retrouvé ce matin.

Publicité
Publicité