Il menace les passagers d’un train de diffuser un film avec Richard Anconina

39 Publié le 19/03/2013 par La Rédaction

C’est un énième contrôle de billet qui tourne mal. Hier, aux alentours de 16H00, des contrôleurs ainsi que des passagers du TGV Paris–Montpellier ont été pris à partie par un forcené qui refusait de payer son titre de transport. L’individu est même allé bien plus loin en menaçant les personnes présentes à bord de projeter un film avec l’acteur Richard Anconina avant d’être maîtrisé par le personnel de la SNCF. Récit.

C’est un énième contrôle de billet qui tourne mal. Hier, aux alentours de 16H00, des contrôleurs ainsi que des passagers du TGV Paris–Montpellier ont été pris à partie par un forcené qui refusait de payer son titre de transport. L’individu est même allé bien plus loin en menaçant les personnes présentes à bord de projeter un film avec l’acteur Richard Anconina avant d’être maîtrisé par le personnel de la SNCF. Récit.

« Il voulait nous montrer Six-Pack »

Rémi était dans le wagon où l’altercation a eu lieu : « Le contrôleur est passé dans les rangées pour vérifier les billets. Puis l’agresseur a refusé de montrer le sien et de payer une amende. Il s’est levé, il a insulté le contrôleur et là, d’un coup il a sorti son ordinateur portable ».

L’homme d’une trentaine d’années menace alors l’agent SNCF et les passagers autour de lui de lire sur son pc un film avec Anconina. Une menace qu’il réitère plusieurs fois preuves à l’appui, nous raconte Rémi : « Il nous a montré les fichiers vidéos présents sur son ordi. Il avait Hercule & Sherlock, Alive et Camping 2. Il a même affirmé posséder le dernier Stars 80 en divx. »

L’agent SNCF présent sur place tente alors de raisonner le passager fou. « Il lui a répété plusieurs fois : « Arrête ! Arrête ! » Mais l’autre était comme possédé. On aurait dit un kamikaze » tente de décrire Rémi. Le forcené passe alors à l’acte et lance sur son lecteur VLC le film Six-Pack, un thriller policier où Richard Anconina tient le haut de l’affiche avec Frédéric Diefenthal.

Le contrôleur essaie malgré tout de maîtriser l’individu avec l’aide d’autres passagers courageux. Après plusieurs minutes de lutte, ils parviennent finalement à l’immobiliser et à éteindre son ordinateur. Une opération qui semble avoir atteint sévèrement l’agent SNCF qui est intervenu, comme l’explique cette autre passagère : « Il a quand même aperçu des extraits de Six-Pack et il est devenu inconscient au bout de quelques secondes. Ça a été d’une extrême violence pour lui. Mais sans son action, les autres passagers n’auraient jamais pu ramener l’ordre dans le wagon. »

Dès la connaissance de cet incident, la SNCF a annoncé le remboursement total de l’ensemble des billets de ce TGV. De plus, une cellule psychologique a été mise sur pied dans la foulée pour les passagers mais également pour les agents SNCF présents lors de l’agression et semble-t-il encore sous le choc.

Le personnel de la SNCF à bout

Le contrôleur du TGV qui a été agressé a été tout de suite hospitalisé à Montpellier à l’arrivée du train et serait dans un état « jugé préoccupant ». Une agression qui a instantanément amené le reste des agents SNCF à faire valoir leur droit de retrait comme tente de le justifier Pascal Rody, délégué CGT : « Là ça va trop loin ! Déjà qu’on a des membres du personnel qui subissent des incivilités tous les jours, qui se font insulter, parfois agresser à l’arme blanche. Et maintenant ça ! Des films avec Anconina. Ce sera quoi la prochaine étape ? Hein ? »

De son côté, Guillaume Pépy, le patron de la SNCF a fait part de sa vive émotion : « Quand un contrôleur de la SNCF voit un extrait d’un film avec Anconina c’est toute la SNCF qui est agressée. Et là on est de toute évidence en présence de l’acte odieux d’un fou. »

Contacté par téléphone, l’agent de Richard Anconina refuse catégoriquement de répondre à toute question sur l’incident.

La Rédaction

Illustration: WikiCommons / David Monniaux
Publicité
Publicité